LARIRUE - Présentation

image

 





Les projets de recherche proposés par chaque équipe tourne autour de la thématique intégration régionale et l’élargissement de l’union économique et monétaire européenne. Les objectifs pédagogiques et scientifiques sont communs aux équipes, puisque chaque équipe comprend un nombre important de thésards et chaque équipe traite l’aspect et les retombées socio économiques sur les économies nationales des pays du sud et notamment sur celle de l’Algérie.

L’analyse des conséquences de l’union monétaire européenne sur les pays membres, conduira à déterminer leurs répercussions sur les pays du sud et notamment sur l’Algérie. Et par la même déterminer la place qu’occupent les pays maghrébins et méditerranéens. Puis voir les défis que doivent relever ces pays (l’emploi, démographie, économique...etc.). Et enfin les différents types de coopération qui sont ou qui pourraient être mis en œuvre.

La recherche scientifique et la formation universitaire, en Algérie, sont restées loin de la scène où les prises de décision sont prises aux niveaux des secteurs socio économiques, rare sont les laboratoires de recherches universitaires qui sont plus ou moins liés au secteur socio économique. Cela est dû en partie au manque flagrant, voire l’absence de recherches d’ordre socio économique au sein de la communauté scientifique et de l’université algérienne.

La première initiative serait d’essayer d’expliquer certains phénomènes (Mondialisation - régionalisation) à l’échelle internationale qui ont un impact direct sur l’économie algérienne et notamment sur les secteurs socio économiques, afin de pouvoir anticiper voire limiter l’étendu de l’impact que pourrait avoir ces évolutions sur l’économie nationale et rendre possible l’application ou l’adoption de certaines réformes à l’échelle macroéconomique et microéconomique, à moindre coût.

Une formation moderne incluant des logiciels pédagogiques, tel que le « Macsim » logiciel de simulation macroéconomique à vocation pédagogique, fait le choix assumé d’un cadre analytique néo-keynésien traditionnel, c’est-à-dire ne découlant pas rigoureusement de comportements d’optimisation sous contrainte de budget de la part d’agents anticipant rationnellement l’avenir. Il s’agit surtout d’illustrer l’impact des politiques économiques en économie ouverte, dans différentes configurations monétaires (politique monétaire, régime de change).

Afin d’atteindre ces buts, en répondant aux besoins socio-économiques nationaux, les répercussions de toutes formes de relations (économiques, commerciales, financières) dans le cadre d’intégration régionale (économique et monétaire), de la coopération, du projet euro-mediterranéen, euro-maghrébin…etc sont ciblés et identifier dans différents domaines clés, tels que : les plates formes de télé – enseignement et plates formes collaboratives, la prédiction et la modélisation macroéconomique doivent être investigués.

L’analyse de l’intégration Régionale et de l’union européenne, entre la création des pays euro méditerranéens et l’intégration maghrébine, européenne, s’inscrivent deux dimensions de coopération : sud –sud et sud -Nord, voire régionalisation et Mondialisation, des enseignements peuvent être tirés pour essayer de déterminer les différentes opportunités dont pourraient profiter les pays du sud, notamment l’Algérie, dans le cadre du développement économique pour contre carrer les effets négatifs de la mondialisation qui se font ressentir à l’échelle macroéconomique, microéconomique et socio économique.

L’analyse des conséquences de l’union monétaire européenne sur les pays membres, conduira à déterminer leurs répercussions sur les pays du sud et notamment sur l’Algérie. Et par la même déterminer la place qu’occupent les pays maghrébins et méditerranéens. Puis voir les défis que doivent relever ces pays (l’emploi, démographie, économique...etc.). Et enfin les différents types de coopération qui sont ou qui pourraient être mis en œuvre.

Les enseignements tirés de l’expérience de l’union européenne pourraient nous aider à mieux cerner la faisabilité d’une union au niveau maghrébin, méditerranéen, …etc. Et voir comment peut-on contre carrer les chocs extérieurs asymétriques. Déterminer si la zone monétaire européenne est optimale. Puisqu’elle s’articule autour de 27 pays au lieu de 15. Car l’approche théorique a définit qu’une zone monétaire doit être optimale pour que les avantages d’une union monétaire soient réunis.

Intégration économique et monétaire- Union économique- Union monétaire- Système monétaire international- Partenariat euro méditerranéen- Intégration régionale-

 
porn Porn